La Pole dance, une discipline à part entière !

     A l’instar des tissus et du cerceau, la pole dance est une discipline qui tend à être aussi artistique que sportive. En effet, subtil amalgame de danse et d’acrobaties, elle nécessite de travailler sa force, sa souplesse et son endurance. Aussi peut-ton lui trouver des similitudes avec des disciplines tels que la gymnastique rythmique sportive (GRS) et la gymnastique féminine. D’ailleurs, comme cette dernière et tel que le suggère son intitulé, la pole dance consiste à évoluer autour d’une barre. En revanche, à la différence des barres asymétriques qui en plus d’être strictement plurielles sont, horizontales et en bois, en pole dance, on peut utiliser une ou plusieurs barres aux choix, verticale(s) et en métal.

Photo Pole Fit Dubai

A chacun son style !

     Connu pour son côté sulfureux, la Pole dance s’est, depuis qu’elle existe diversifié. En effet, reconnue au fur et à mesure comme sportive, les amoureux de la danse ou les athlètes qui s’y sont essayés jusqu’à en devenir adeptes ont su lui apporter la fraicheur de leur discipline respective. Ainsi à l’heure actuelle, en plus de la pole dance “exotic”, il existe la pole “fitness” plus gymnique ou encore la pole “danse” intégrant des styles divers tels que la danse classique, contemporaine, latine ou encore hip hop. Incomparables, aucune ne prédomine sur les autres ce qui dans le cadre des championnats peut rendre difficile de départager des candidats aux univers aussi différents.

Un sport où il faut s’accrocher… 

      Bien loin du stéréotype de la femme ondulant peu vêtue autour de la barre, la Pole dance est devenue avant tout un sport et comme vous le diront ses disciplines, ce n’est pas le moins dangereux car comme toutes pratiques sportives notamment celles qui lui sont voisines, on peut s’y blesser. Il est donc primordiale de bien structurer son cours ou son training afin d’éviter au mieux les risques de blessures, tels que inflammation ou encore contracture musculaire.

Aussi, la pratique de la pole dance nécessite-elle de commencer par un échauffement, de la nuque aux chevilles, qui en fonction des figures qui seront travailler devra peut-être être accentué sur le renforcement musculaire (bras, abdos…) ou encore la flexibilité (dos, écarts…). S’ensuit le cours purement centré sur la pole, autrement dit basé sur l’apprentissage de figures et/ou de combo avant de finir avec les étirements, qui étape à ne surtout pas négliger, permettent d’éviter les courbatures et d’étirer les muscles.

Bien que la présentation d’un certificat médical attestant de l’aptitude à pouvoir pratiquer ce sport ne soit pas exigé par les écoles, il va de soit qu’une bonne santé physique est nécessaire arrivé à un certain niveau de difficulté car de toute évidence il s’agit d’une discipline qui exige de pouvoir et même vouloir s’accrocher, aussi bien au sens propre que figuré.

Droits protégés / Pole Dancing Adventures by Leen Isabel

Droits protégés / Pole Dancing Adventures by Leen Isabel

D’ailleurs pour ce qui est du sens propre, on en a vient aux dessous de la tenue de la poleuse. Pas moins vêtus que sur la plage et parfois même une gymnaste, la texture de la barre nécessite pour s’y accrocher que la peau soit nue. Ainsi, au fur et à mesure que le niveau augmente, que les figures se complexifient, chaque zone du corps devient potentiellement intéressante en tant que grip. Il s’agit donc avant tout d’un impératif pour la pratique dont l’application peut être encadrée et l’exagération sanctionnée dans le cadre de compétitions. En effet,  tel que le stipule le règlement de la compétition française de pole dance dans la section relative au costume, “Les transparences dans le costume sont admises tant qu’elles ne concernent pas la poitrine, les fesses ou la région pubienne. La nudité de ces mêmes zones (exceptée la poitrine pour les hommes) durant la performance donnera lieu à la disqualification immédiate du concurrent. Pour la même raison, sont interdits les strings ou les « bas de bikini » sauf s’ils sont de style « shorty ». Les brassières et hauts type soutien-gorge, s’ils sont suffisamment couvrants et opaques, sont acceptés”. Or compétitions, le choix vestimentaires des pratiquantes restent bien sur libre. Certaines peuvent choisir de rester dans des tenues très académiques (short et brassière) tandis que d’autres peuvent saisir l’opportunité de mettre en avant leur féminité. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *







*